jeudi 2 juillet 2009

Se faire connaître sans se fatiguer (2), une autre escroquerie

Vous voulez un autre bel exemple de jean-foutre qui s’est taillé sa part de notoriété ? A vos ordres ! Je vous présente le compositeur John Cage. L’œuvre de sa vie ? 4 minutes 33. C’est le nom du morceau, c’est aussi sa durée. Le mec était tellement flemmard qu’il n’a même pas réussi à trouver un chouette nom à son œuvre.

L’exploit de ce type est le suivant : composer un morceau de musique totalement silencieux. Voilà. 273 secondes de « pas de bruit ». C’est la seule œuvre (ohlala ! « œuvre » ! pff… je suis bien faible d’utiliser des mots pareils) qu’on connaisse. Et encore, tout le monde n’a pas la référence… et oui, ce type avait un poil tellement maousse dans la louche qu’il n’a quand même pas réussi à se faire véritablement notoriéter*.

Manquerait plus que ça, d’ailleurs ! Mais 4mn33 est quand même connu dans le milieu des zikos (les musiciens tiennent à ce qu’on les appelle les zikos, faisons leur ce plaisir), et c’est déjà beaucoup vu le temps qu’il a du y consacrer. Et l’autre jour on me raconte qu’un ado, à l’option musique du bac, a interprété 4mn33, et qu’il a obtenu 18/20 pour récompenser son culot ! Je rêve ! Zéro, je lui mets, moi, et son audace il peut se la mettre au dargiflard ! Sans blague.

Enfin. Allez, comme pour le Magritte, je reprends l’idée à mon compte (car je suis, moi aussi, un peu feignasse aux entournures). Jugez plutôt.

«RIEN
RIEN
RIEN
RIEN
Encore un peu rien»

Voilà. Un texte sans rien. Quel art !

* Psst... Qui parmi vous serait assez sympa pour appeller l'académie française, manière de vérifier si ce mot existe ? Merci d'avance.

1 commentaire:

  1. trois fois rien, c'est déjà mieux que rien du tout...

    RépondreSupprimer